Avez-vous remarqué la dureté ?

 Avez-vous remarqué la dureté ?

 

Pas besoin de la chercher

Assise dans un espace bien protégé

C’est l’autre qui fait tout à sa place

Comme : animer la terrasse

désigner les alliés et faire la job de surface

 

 

Au profondeur de la dureté

Une existence bien maquillée

Ses pancartes parlent et bavassent

Toutes,  bien mises à leur place

Elles soutiennent la fausse face

 

 

La dureté écorche la joie de vivre

Elle élimine toutes formes de bonheur

Pour se construire un empire

La dureté s’allie toujours à la rumeur

Elle n’aime personne d’autre

 

 

Remarquez, son passage bien maquillé

Elle contamine toutes formes de vies

Toutes expressions et toute créativité

La dureté sait réfléchir et surtout, organiser

Son désert est une terre infinie

 

 

Elle combat toute présence, assèche l’existence

Son masque est de toutes les violences

Ses spectacles honorent la fragilité

Elle la provoque, la construit; la cherche de tous côtés

C’est ce qui lui permet enfin,  d’exister

 

 

Ce qui nous est donné;  représenté et glorifié

C’est un rituel des plus sophistiqués

Il y a pourtant une brèche dans la glace

 Là; non loin de la très belle dédicace

Le mensonge qui refait surface

 

 

La dureté ignore ceux et celles qui la dévisagent

Qui rêvent, en silence de son possible naufrage

Qui osent lui dire : Bon !  Assez, c’est assez !

Tu n’comprends rien à l’amour, la liberté

Ensemble, voilà ce que l’on a remarqué.

 

 

 

Angèle A. BOULAY