J’me décide à parler

J’me décide à parler

 

 

 

J’suis ben tanné d’être tanné

Y faut pas s’en étonner

Mais, j’le dirai pas trop fort

C’t’un sujet de désaccord

C’t’après bien des kilomètres

Quelques bonnes pelletées d’maux’tête

Que j’me décide à parler

Y a toujours un risque là-d’dans

Du monde qui sont ben choqués

Surtout, ben organisés

S’taire, ça devient ben frustrant.

 

 

J’vais t’y finir ma vie

Just’ comme un spectateur

Ça me crée beaucoup d’peurs

C’t’y comme ça qu’on s’bâtit

En dev’nant fan fini

J’ai tous les abonnements

Et tous les p’tits écrans

Ça m’demande bien du temps

D’suivre tout c’qui s’passe là-d’ans

On nous ment juste pour d’l’argent

Y pense qu’on en est pas conscient.

                          

                                                                                                                 Comment s’faire une idée

Y a trop d’prêts-à-penser

Faudrait plusieurs crayons

Une grille de discussion

Quand on y r’garde de près

On nous d’mande d’être discret.

C’est tout enregistré

On craint d’être étiqu’té

Y’a d’quoi à être stressé

On dirait qu’tout l’monde s’cache

Ça fait qu’on en arrache.

 

 

Comment se rassembler

Pour vraiment échanger

On ne sait plus où s’trouver

Ni même s’organiser

Y a-t-il vraiment du sens

Dans ces nouvelles tendances

Même en étant coriaces

Ça s’peut qu’il n’y’a plus d’places

Ni personne pour discuter.

J’m’en fou bien du Marché

J’m’en vais là, m’débranché

 

 

Ensemble, on peut commencer 

Dans cette forêt désertée

C’est tout un revirement

De partir le questionnement

Peut-être que de choisir

C’qui m’a enl’vé l’goût d’rire

Serait ça la bonne ficelle

C’t’après bien des kilomètres

Quelques bonnes pelletées d’maux’tête

Quand le temps est bien compté

Que j’me décide à parler.

 

 

Angèle A. BOULAY